Mon accouchement #2 : merci la péri !

Voici la suite ! Avant toute chose et pour prévenir les futures mamans, j’ai eu un bon accouchement qui s’est bien passé, aucune complication et pas trop long. Donc vous pouvez lire la suite, il n’y a rien de choquant à part mon langage très fleuri 😉

L’épisode précédent est ici : Mon accouchement #1 les contractions, ça fait mal

Vers 8h00, j’arrive donc en rampant en salle d’accouchement. La pièce est grande, la lumière tamisée, et le lit ne possède pas d’étriers. C’est bête, mais ça m’a rassurée, de me dire que je ne vais pas continuer le travail les pattes en l’air. Là un charmant jeune homme m’attend (ça ne gâche rien, mais je m’en moquais sur le coup), m’aide à m’asseoir sur le lit pendant que je lui laboure les épaules de douleur. Je supplie une bassine pour vomir (je suis hémétophobe, c’est pénible à gérer) et je commence à sérieusement flipper sur le fait qu’il n’y ait pas de toilettes dans la pièce. Les contractions sont tellement violentes que j’ai vraiment peur de ne pas contrôler mon corps. Et puis bêtement, je lui demande qui il est.

« – Moi c’est L., je suis le sage-femme et c’est moi qui vais vous accoucher !
Il est tout sourire, ça me rassure. Je n’aurai pas crû avoir un homme le jour J. Je trouve ça plutôt sympa. J’aperçois derrière lui une jeune fille toute mignonne et discrète. Je baisse les yeux sur sa blouse : « C., étudiante sage-femme ». Oh p*tain. Elle a quoi ? 22 ans ? L’âge de ma soeur. Arg. La pauvre, ça va la traumatiser de voir ça non ? Elle est toute jolie et sa voix est d’une douceur extrême. Je l’aime d’office !

Hum, petit aparté : j’ai dû me transformer en guimauve lorsque je suis rentrée dans la salle, à force de trouver tout le monde mignon / gentil / cucul la praline. Ou alors, c’est la fatigue ^^;

L’anesthésiste arrive. Bon lui, j’avoue, sa tête à lui ne m’est pas revenue, mais je lui aurai fait plein de bisous lorsqu’il a franchit le seuil. Chéri a été prié de sortir. Et là, ça doit être pour toutes les femmes pareil, il a mis 20 ans à préparer sa p*tain de péridurale, tout en racontant son weekend, et que c’est sa dernière journée et blabla. Les contractions, assise sur un lit, c’est insupportable. Le sage-femme me dit qu’il doit me perfuser, et me plante une aiguille dans la main. Hum. Je l’ai insulté avec un superbe : « Mais aie ! M*rde ! P*tain, non mais ça va pas non ?! Faîtes ch*er ! ». Voilà, voilà… J’ai honte après coup ahah 😀

Le sage-femme se place ensuite devant moi avec la stagiaire, pendant qu’on me tartine le dos de Bétadine, je m’accroche à lui de douleur, et je sens que l’anésthésiste s’affaire. Il effectue l’anesthésie locale, puis je sens un truc un peu bizarre. Le passage du cathéter sûrement. Ce n’est pas douloureux (c’est une phobique des aiguilles et des médecins qui vous le dit ^^), juste bizarre comme sensation. Ca dure deux secondes. Ensuite, je crois qu’il m’a mis 20 tonnes de scotch ou autre. Une contraction revient, je me raccroche au sage-femme, la stagiaire me caresse les jambes en me parlant doucement. Et là, je ne sais pas ce qui m’a pris…

« – Faîtes-moi rire ! »
« – Pardon ? »
« – J’en sais rien, chantez une chanson ! Chantez-moi le petit bonhomme en mousse ! Là ! Tout de suite ! Faîtes-moi rire ! »
Il y a des moments, il ne faut pas chercher à savoir. J’ai bien dû les faire marrer après coup ^^;

N’empêche qu’ils ne m’ont pas chanté Le petit bonhomme en mousse, snif. Les vilains.

Monitoring installé, perf installée, péri posée, tension prise automatiquement. Je suis branchée de partout. Ce qui en temps normal m’effrayait au plus haut point (je souhaitais tenir sans péridurale et libre de mes mouvements le plus longtemps possible), m’a finalement apaisée. Le sage-femme m’installe sur le côté, avec un coussin entre les jambes. La péridurale fait son effet, je me transforme en femme tronc. L’anesthésie a dû être trop dosée, je ne sens plus rien. Dommage. Mais sentir le repos venir et les contractions s’amenuiser n’a pas eu de prix sur le coup.

Chéri revient, est impressionné par les branchements, mais semble aussitôt rassuré par ma tête reposée. Je tente même de dormir. L’alien va bientôt être là ! Tout d’un coup, une tête passe par la porte et nous salue. Mon gynéco. C’était bien la dernière personne que je souhaitais voir. Je lui renvoie la politesse. Puis je papote avec l’étudiante, et j’apprends que c’est son premier stage et son premier accouchement. Woh. Allez Zenou, tu vas  nous faire un super accouchement « finger in the nose » pour ne pas la traumatiser. J’en aurai presque la patate juste pour elle !

Le temps passe. Les heures, que sais-je. Le sage-femme me change de côté, puis décide de poser une perf d’ocytocine. Ca ne me plaît pas, mais avec péridurale, malheureusement les contractions sont moins efficaces, et donc on est « obligé » de les stimuler artificiellement. Je lui demande juste s’il peut m’éviter l’épisiotomie. Il me répond qu’il fera de son mieux, et pense que si ça passe, il n’y a pas de raisons d’en faire une.

Il est 10h00, je ne suis qu’à 4. Chéri va tout de même prévenir ses parents et les miens que c’est en route. On en profite pour prendre quelques photos tous les deux, parce que je suis tellement soulagée que j’aurai presque envie de danser !

Monitoring de travail : les contractions sont à droite. Ca fait peur !

Vers 10h30, les douleurs reviennent. Que d’un côté. Je me tortille. J’appelle le sage-femme qui tarde à venir. Je ne sais pas ce qui se passe, mais ça me réveille complètement, j’essaie de respirer doucement. Rien à faire, la douleur s’installe. Et le sage-femme qui n’arrive pas. Je ne sais pas combien de temps il a mis à arriver, ça m’a paru une éternité ! Tranquillement, il m’examine (je l’aurai mordu) et m’annonce tout sourire : « C’est normal que vous ayez mal, vous êtes en train d’accoucher ! » Heiiiin ? Quoi ? Pardon ? Là tout de suite maintenant ? Mais ça ne devait pas prendre des heures votre histoire ? Vous êtes sûr ? Y a même pas une demie-heure j’en étais qu’à 4 !

Branle-bas de combat, installation des étriers (dommage, j’aurai voulu rester sur le côté, c’était très confortable). Ne pouvant bouger les jambes, le sage-femme me les installe. Femme tronc power ! Et moi, ça m’a fait mourir de rire, j’étais complètement hilare. Ceci dit, j’en ai voulu à l’anesthésiste de ne rien avoir senti !

Il s’installe et commence à expliquer à l’étudiante le déroulement des opérations. Il est d’une douceur et d’une patience ! D’un coup, j’aperçois mon gynéco dans l’entre-baillement de la porte, tout sourire qui me dit : « J’arriiive ! » Je jette un coup d’oeil inquiet au sage-femme qui a l’air agacé. Mais il continue ses explications et masse le périnée. Je ne veux pas mon gynéco. Pourquoi faire ? Le sage-femme se débrouille très bien, le bébé est en forme, tout va bien. Pourquoi faire venir le gynéco ?

Le cowboy c*nnard gynéco débarque en blouse blanche. Et là, il s’est passé un truc qui nous a choqué. Il a dégagé le sage-femme d’entre mes jambes, a saisi un tabouret, et a sorti un scalpel. Episiotomie. Direct. Le sage-femme a voulu dire quelque chose, a pris l’air vexé, puis s’est résigné. J’ai encore une fois maudit mon gynéco. C’est décidé, je ne le verrai plus.

Ensuite est venu le moment de la poussée. Chéri me tenait la nuque et me posait un masque à oxygène entre chaque poussée. Mes contractions étant devenues aléatoires, je ne sais pas combien de temps ça a duré. C’est très bizarre. Sous péri, vous ne sentez pas le bas de votre corps. Comment voulez-vous pousser quelque chose que vous ne sentez pas ? Ce n’était pas facile sur le coup. La stagiaire m’encourageait avec sa voix toute douce. Celle du gynéco était beaucoup plus directive. Puis il s’adresse à Chéri en lui demandant s’il veut venir voir la tête de l’Alien, qui a beaucoup de cheveux. Il refuse. Deux fois. C’est un coup à ruiner notre intimité ça!

Encore 3 poussées, et j’entends déjà les pleurs de l’Alien. Le gynéco me dit de l’attraper, là, tout de suite. Je me suis redressée comme j’ai pu, et j’ai attrapé mon fils.

Mon bébé.

Mon petit Alien.

Il est 11h08 le lundi 14 mai 2012. Et le temps s’est arrêté.

1er contact en peau à peau avec petit Alien, première tétée !

A suivre (c’est un long romaaaan !)

Publicités
Étiquettes :

21 Responses to “Mon accouchement #2 : merci la péri !”

  1. Tu nous fais vraiment languir toi heiiiin !
    En tout cas, ton gynéco est un sacré salaud ! Pire encore que le mien (je pensais pas que c’était possible ! [je m’en suis rendue compte avec le recul que cétait un salopiaud. Sur le moment, je m’en foutais je voulais juste arrêter d’avoir mal xD)
    T’as de la chance d’avoir des sages-femmes sympa (ça fait bizarre de dire ça d’un mec mais bon !)
    J’ai hââââte de lire la suite !
    (en plus c’qu’il est beau ton alien <3<3<3<3)

    • Dire que mon gynéco est l’un des meilleurs de la région. Peut-être aurait-il fallu que j’aie une grossesse à problème pour qu’il ait plus de considération pour moi ^^; Mais pareil que toi, tant que la douleur était moindre, je ne disais rien.
      Par contre je vais préparer un gros article sur les sage-femmes, car dans toute ma grossesse, ce sont les personnes que j’ai le plus aimé, et je leur dois beaucoup ^_^
      Merci pour mon petit alien ❤

  2. C’est très très beau ce récit! ca rassure aussi de voir que ça se passe bien aussi, tu rigoles bien toi!
    Le petit bonhomme en mousse LOL

    Par contre, je suis outrée, choquée, complètement furieuse devant l’attitude répugnante du gynéco. CONNARD.

    Mais pour ne pas finir sur cette note de colère, j’attends la suite avec impatience… le temps s’est arrêté et…

    • Oui, je trouve que nous lisons beaucoup de récits où malheureusement l’accouchement s’est passé moins bien que prévu. J’espère pouvoir rassurer les futures mamans sur le fait que 90% des accouchements se passent très bien. Après le corps médical et en particulier mon gynéco, hum… Il y a une sacrée guerre entre les sage-femmes et les gynécos, j’ai appris beaucoup de choses à ce sujet grâce à ma sage-femme, c’est assez « spécial » comme relation O_o;;

  3. La photo… il est MA-GNI-FIQUE!

  4. Et bien j’en ai des frissons !!!! Je suis vraiment contente pour toi que cela se soit bien passé.. Même si ton gynéco est vraiment tout pourri !!!
    Et ton fils.. Il est vraiment super mignon ! Un visage d’ange (plus que celui d’un alien.. ;-))
    J’espère que tu vas bien ! Prends bien soin de toi et de ton petit bébé !

    • Merci Nina ! Ici ça va, j’ai juste du mal à prendre le rythme et petit Alien est très souvent ocllé à moi, donc difficile d’avoir les mains libres pour quoi que ce soit ^^; (merci papa pour me relayer le soir !). J’espère que tu vas bien toi aussi ainsi que ta petite famille ^_^

  5. Hardcore le gynéco !! J’hallucine ! Et dire qu’on t’explique a tout bout de champ que l’episio est en voie de disparition, qu’une petite déchirure c’est mieux… Ma gynéco est une gynéco de ville donc dès le 3e mois de grossesse c’est celui de la maternité (un canon!) qui prend le relais et il ne vient que si pb à l’accouchement… J’ai envie de dire ouf du coup ! Et c’est vrai que les sages-femmes sont extraordinaires…
    Longue et belle vie à ton alien 🙂

    • Oui ! Lorsque je vois que certaines maternités sont à moins de 10% d’épisio, c’est à se demander d’où viennentt ces différences ! Enfin si, malheureusement on les connait : tu squattes une salle de naissance, le temps c’est de l’argent, et si on peut faire du facile et rapide, pourquoi se priver ? Je croyais aussi que le gynéco ne venait que si problème, c’est pour ça que j’étais très étonnée de le voir. Il était de passage ce jour, et pas de bol au moment où il a fait sa tournée il m’a vue -_-
      En tout cas un gynéco charmant et non intrusif, ça doit être le top ^.^

  6. J’imagine tout à fait ce qu’il s’est passé ! ! ! Pour moi, c’était tout pareil… on avait dit pas d’épisio, avec la sage-femme, et puis le gynéco arrive, et zou! même pas le temps d’ouvrir la bouche, c’était déja coupé !!! La sage-femme lui dit « mais, je vous avais dit pas d’épisio?!! », et le voilà qui répond: « ah? J’avais mal compris »… Wouarf, wouarf, wouarf… Et qui c’est qui douille pendant des jours, après ???
    En tous cas, félicitations ! ! !

    • Woh ! Quelle horreur, j’imagine la tête de la sage-femme ! C’est terrible de voir la toute puissance des médecins dans ces moments-là. Il y en a qui ont vraiment peu de respect pour leurs collègues ET leur patiente :/
      Pour ma part, le pire c’était d’entendre le sage-femme marmonner que ça pouvait très bien passer SANS épisio. Rageant !

  7. Pfff, ça me fait tout le temps chialer les accouchements… J espère que dans la suite du roman, tu a lacéré les cou**les de ton gynéco 😦 . Moi j avais dit non, et hop, j ai eu que des « éraillures » et avec une ventouse en prime… comme quoi…

    • Oooh mais il ne faut pas pleurer ^_^
      Malheureusement je ne me suis pas vengée du gynéco, mais en tout cas, il ne me reverra pas car il a m*rdé le lendemain de l’accouchement en plus de tout ça. Enfin, le principal c’est qu’au final nous allions tous et toutes bien, même si il y a des mauvais moments…

  8. Putain il est juste trop beau…,Bon ton gyneco me donne des envies de castration…hmmmmf ! C’est pas lui qui t’avait fait un decollement en douce ( pardon si je confonds :s) ? Tu accouchais en clinique privee ? En tout cas bienvenue a ton bébé XD

    • Coucou ! Merci pour petit Alien *^^*
      Aaaah mon gynéco, tout un roman n’est-ce pas ^.^ Oui c’est bien lui qui m’a fait le décollement sans me demander ni me prévenir, alors tu imagines ma tête lorsqu’il s’est pointé. Raaaaah XD J’étais bien dans le privé ^^;

  9. Ohlala, il fait parti des docs dont j’ai envie d’agraffer les couilles !! Pour info, en clinique privée, les gynecos ont une prime s’ils assistent à la naissance (juste pour l’expulsion)…et puis tant qu’ils sont là (et s’ils ont autre chose à faire, et aucune déontologie), ben ils font un truc pour accelerer les choses…ceci explique cela. Si ça peut te défouler un de ces 4, n’hésite pas à écrire à la Direction de la mater, concrètement oui, ça ne changera rien pour lui, mais toi ça peut te faire du bien, et j’ai tendance à croire que plus on se tait, moins les choses ont de chance d’évoluer 🙂
    En tout cas bienvenue à ton fils qui est franchement magnifique ♥

    • Oui, j’aurai dû râler je pense 🙂 Ce gynéco est un ancien de chez les anciens. Très compétent et réputé pour les grossesses à risques. La mienne a été très classique, ça devait le faire ch*er ! En accouchant dans le privé, j’ai en effet constaté tous les frais « annexes », mais j’avais négocié avec le gynéco avant un « non dépassement d’honoraires ». C’est affolant de voir le trafic et bidouillages derrière tout ça… -_-;

  10. coucou!!! je vois tout à fait qui est ton sage femme, j’ai eu affaire à lui à un autre moment que l’accouchement et en effet, j’étais restée bête de voir que c’était un homme. par contre, plein de douceur, des gestes mesurés et il m’a expliqué tout ce qu’il faisait.;
    Par contre, côté gynéco la mienne est venue alors qu’elle était en congé et elle a été super…;ça m’a détendue (je la connais depuis toujours…) et je n’ai pas eu d’épisio.
    c’est un gros cabinet de gynéco au polygone mais pour prendre rv avec elle c’est très très long…………..

    bonne journée!!

    • oh ! Nous avons accouché au même endroit ! Mon gynéco aussi est au Polygone ^.^
      Peut-être que je te demanderai le nom pour rencontrer la tienne à l’occasion, elle a en effet l’air très bien ^_^ Ca me ferait du bien de me réconcilier avec la profession. Mais pour le moment, je vais faire mon suivi gynéco annuel avec ma SF, je l’adore !

Trackbacks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :