Je l’aime

Et pourtant j’ai longtemps douté.

Lorsque je me lève le matin, je le vois me fixer, et son visage s’illuminer.

Lorsqu’il a ce sourire jusqu’aux oreilles pendant de longues secondes.

Lorsqu’il babille avec son mobile et lorsqu’il m’appelle pour le relancer.

Lorsqu’il louche sur son biberon ou sur l’appareil photo.

Lorsqu’il relève sa tête et fait sa petite tête de tortue.

Lorsqu’il chouine parce que je me suis éloignée depuis trop longtemps en temps bébé.

Lorsqu’il fait le koala sur moi et qu’il s’endort comme un bienheureux, totalement détendu et en confiance. Il me fait confiance, et ça, c’est nouveau pour moi. Exaltant et terrifiant.

Malgré son reflux, malgré l’irrégularité des journées, malgré la fatigue, je l’aime avec cet amour impressionnant, presque bestial, et qui m’a changée. En bien, en mal, je ne sais pas. Il me donne à la fois une nouvelle raison de vivre, la force de repousser les agressions extérieures (j’ai l’impression d’avoir mangé du lion alors que je suis un Bisounours) et ce sentiment d’exister encore plus justifié. J’ai pourtant douté, j’ai eu peur de ne pas m’attacher, et pourtant, avec du retard, l’amour est bien arrivé. Une force nouvelle, différente de celle qui émane de l’amour d’un couple. C’est un amour différent et tout aussi profond. Avec une angoisse de mort qui est inévitable.

J’en ai douté car je n’ai pas connu l’amour filial, l’amour de ma mère qui était et est encore un bloc de glace que je n’ai jamais réussi à ébranler. Alors j’essaie, j’apprends, je lui donne ce que je n’ai pas reçu en suivant mon « instinct », en pensant faire le mieux pour lui. Je le touche, le câline, je lui parle, et lui dit à quel point il est important et que je ferai tout mon possible pour qu’il apprenne la vie avec sérénité. Que son père sera toujours là. Que nous nous battrons pour avoir toujours de magnifiques sourires et que lorsqu’il trébuchera, nous lui apprendrons à se relever et à se battre.

Cet amour pour son bébé, cet instinct de protection que je lisais dans vos blogs les filles, me paraissait lointain et flippant. Maintenant que je le partage, il me paraît évident, et magnifique. Merci à travers vos écrits de témoigner que c’est possible. Qu’il existe. Que non l’instinct maternel n’est pas automatique, mais qu’il arrive bel et bien un jour. Et que tout prend alors une couleur or ! ^_^

 

 

 

Publicités

2 commentaires to “Je l’aime”

  1. C’est très beau ce que tu écris là ♥
    Effectivement l’instinct maternel n’est pas inné. Nombreuses sont les femmes qui se posent cette question « vais-je aimer mon bébé? » Il est rare qu’une mère n’aime pas son enfant, mais rien n’est instantané. L’amour se développe au fil des jours et gonfle de jour en jour. Notre capacité a aimer est grande et grandissante, nos enfants sont une véritable source d’amour absolu.

  2. Ah l’amour maternel ♥ En plus, il est beau ton Alien ♥ L’instinct maternel n’est pas inné, mais n’empêche l’amour qui nous envahi est bien réel ! Je m’étais posé la question, quand je l’ai senti sortir. Puis jme suis pris une vague en pleine face. Je l’avais énormément aimé pendant ma grossesse. Mais là… C’est puissance 1milliard ! j’aime mon fils aussi ♥

    Bienvenue dans le monde de l’amour griffu ! (pour défendre le petit toussa !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :